Les acteurs artisanaux invités à œuvrer en synergie

La ministre des Petites et moyennes entreprises de l’artisanat et du secteur informel, Yvonne Adélaïde Mougany, a exhorté, le 13 octobre à Brazzaville, à l’issue de la clôture des...

La ministre des Petites et moyennes entreprises de l’artisanat et du secteur informel, Yvonne Adélaïde Mougany, a exhorté, le 13 octobre à Brazzaville, à l’issue de la clôture des travaux de la première session de l’assemblée générale ordinaire du Conseil national de l’artisanat (CONA), les différentes commissions du secteur artisanal, à œuvrer en synergie pour développer un réseau de renforcement de capacités.

Parmi les recommandations  qui ont été faites à l’issue de ce forum, le CONA a évoqué la commercialisation des produits artisanaux, la prise en compte au niveau de la gouvernance, l’élaboration du programme par des différentes commissions, la mise en place du journal de compte rendu, et celle de la commission de la protection sociale de l’artisanat.

Après la lecture du règlement intérieur adopté par le bureau du CONA, la ministre a déclaré qu’être à la tête de l’assemblée n’est pas synonyme de tout assumer pour faire avancer l’œuvre. « Tout artisan devrait changer son logiciel mental vis-à-vis de la perfection artisanale, en adoptant certaines attitudes et comportements qui convergeront  à arracher certaines faveurs. Il faut faire preuve de pragmatisme, autrement dit, être ambitieux pour aller loin », a précisé Yvonne Adélaïde Mougany.


Pour la survie du Conseil, a renchéri un membre du conseil, les artisans et les membres du bureau du CONA doivent ensemble déployer et améliorer leurs performances sans épargner le concours des bailleurs de fonds, les partenaires bi et multi latéraux ainsi que les organisations non gouvernemental (ONG).  Il serait mieux que l’on s’ouvre et se donne une certaine liberté, a-t-il ajouté à l’endroit des présidents des bureaux de commissions qui se chargeront de prendre des initiatives et de les soumettre à Yvonne Adélaïde Mougany.

Madiéla Joséphine a avoué que l’artisanat au Congo est en train de connaitre un essor. « Je vends des chemises auxquelles j’associe une touche de raphia, je peins des tableaux sur une toile en raphia et, bien des compatriotes se plaisent à mes créations. Ce qui fait que je vive de mon art », a-t-elle dit, satisfaite.

Pour les animateur du CONA, la vision demeure la création d’emploi. Le Conseil entend par là, ouvrir la perspective d’un emploi à ceux qui sont susceptibles de s’affirmer dans les 243 métiers de l’artisanat.