Bopaka convaincu que les 800 milliards de dette intérieure seront payés

Le président  de l’Union nationale  des opérateurs économiques du Congo (UNOC),  El Hadj Djibril Bopaka a rassuré  le 5 octobre à Brazzaville, les membres de cette plateforme patronale que...

Le président  de l’Union nationale  des opérateurs économiques du Congo (UNOC),  El Hadj Djibril Bopaka a rassuré  le 5 octobre à Brazzaville, les membres de cette plateforme patronale que les engagements  du gouvernement  de payer la dette intérieure commerciale seront tenus. Cette partie de la dette intérieure s’élève à plus de 800 milliards  de francs CFA.

Au cours d’une  rencontre élargie des membres de l’UNOC, Djibril Bopaka a indiqué que l’UNOC avait déjà amorcé des pourparlers avec le gouvernement concernant les modalités de paiement de cette dette intérieure commerciale.

Outre la dette, il y a aussi l’établissement d’un plan sur la dette du sinistre d’environ 80 milliards de francs CFA que le gouvernement a accepté de payer, a- t-il laissé entendre aux opérateurs économiques.

Pour El Hadj Djibril Bopaka, l’UNOC va poursuivre le dialogue avec le gouvernement, en vue de lui permettre de mettre à la disposition des opérateurs économiques les moyens nécessaires de relancer leurs activités. Ils pourraient ainsi contribuer de façon efficiente à la construction économique du pays. Ainsi qu’à la politique de diversification économique du pays annoncée par les autorités.

« Nous ne partons pas négocier dans le vide, car nous avons les dossiers solides, confirmés, vérifiés qui n’attendent que le gouvernement pour engager leur règlement », a-t-il déclaré.

Pour ce faire, il a demandé aux opérateurs économiques de continuer de faire confiance à l’UNOC, de garder la patience et ne se laisser par entraîner  par les « marchands de la rue » qui veulent les pousser dans les schémas des agitations. D’autant plus que le gouvernement va commencer à régler la dette intérieure  commerciale.

L’UNOC a par ailleurs participé à plusieurs activités visant le relèvement du secteur productif national. Il s’agit notamment de l’élaboration du document  final Plan national de développement (PND) 2018-2022, tenu du 28 août jusqu’au 11 septembre de l’année en cours, qui  a relevé la nécessité de  s’appuyer dans son exécution  sur le secteur privé.  De même, l’organisation a pris part à l’atelier validation des travaux d’intégration des Objectifs du développement durable (ODD) dans le PND qui a aussi  confirmé  la participation du secteur privé sur les questions  de redressement économique la diversification de l’économie  et les réformes qui se pointent à l’horizon.