La consommation de la peau de porc fait mode à Brazzaville

Les consommateurs de la peau de porc sont d’un nombre indéterminé, tellement que les Congolais en raffolent. Hommes, femmes et enfants ont fait de cette denrée alimentaire leur plat...

Les consommateurs de la peau de porc sont d’un nombre indéterminé, tellement que les Congolais en raffolent. Hommes, femmes et enfants ont fait de cette denrée alimentaire leur plat préféré alors que des familles entières la passent dans leur menu de journée.

A Brazzaville, la peau de porc ne traîne pas sur le braisier, où elle est déjà convoitée  par  mille paires d’yeux étincelant à la lumière du feu de bois qui la laisse dorer pendant près de trente minutes. Ce délice porte même un nom connu des fanatiques de la viande : le tapis rouge.

« A chaque vente, c’est le tapis rouge qui est plus écoulé », a confié  Marc Eric, un vendeur au marché de nuit de Bifouiti. Une table qui n’en vend pas est nulle. Ce jeune homme qui avoisine la trentaine atteste qu’il vend jusque tard dans la nuit. « J’arrive à écouler trois cartons par jours. C’est la nourriture des promeneurs nocturnes qui sont sûrs de ne rien trouver à la maison. Ils prennent leurs précautions pour ne pas dormir le ventre vide », a-t-il ajouté en riant.

Rojas, un autre faiseur de grillade a fait savoir que les plus grands consommateurs du tapis rouge sont ces hommes et femmes qui boivent de la bière comme un trou. Il se trouve que la présence de l’huile en abondance retarde le processus des effets secondaires de l’alcool dans l’organisme. Difficile de sombrer en état d’ivresse lorsque l’on grignote cet amuse-bouche en buvant.

Aussi sollicité que jamais, la vente de ce produit connait quelques secousses lorsqu’il se fait rare dans les chambre-froides. A ce moment, son prix d’achat galope de 11. 500 francs  CFA  à 14.000 francs CFA et la balle revient au vendeur qui doit user de son intelligence pour valoriser son  jeu de couteau. Il doit alors découper des morceaux susceptibles de procurer du bon bénéfice, comme d’habitude.

Dans les ménages, les femmes aiment à préparer la peau de porc dans un plat d’haricot. D’autres  par contre vont plus loin dans leur création en mélangeant des petits morceaux  à la cuisson du « saka-saka ».

La peau de porc se vend à tous les prix. Elle va de 100 à 2.000 francs CFA, mais tout fonctionne selon les quartiers. Les milieux les plus fréquentés la vendent à un prix abordable, tandis que les coins les plus reculés en font tout un mystère et vendent cher.

Quoique recherché en plein jour, la tombée de la nuit demeure le moment le plus propice de vendre le tapis rouge sans relâche.