Démarrage tardif du vote au centre de Liberté

Les opérations de vote ont commencé à 11 heures  au centre de vote de l’école Liberté, l’un des plus importants de Talangaï à Brazzaville  à cause de problèmes de...

Les opérations de vote ont commencé à 11 heures  au centre de vote de l’école Liberté, l’un des plus importants de Talangaï à Brazzaville  à cause de problèmes de logistique. Les bureaux de vote avaient pourtant ouverts leurs portes dès 8 heures 30 minutes.

Prévue pour 7 heures,  ce conformément aux  directives  de la Commission électorale  nationale indépendante (CNEI), les opérations n’ont commencé que quatre  heures après à Liberté. Ce retard  a été  dû  au  manque de bulletins de vote de tous les  candidats aux élections législatives  de la troisième circonscription électorale de Talangaï, précisément au quartier 66.  Comme cerise sur le gâteau,  les  bureaux de vote n’ont été ouverts qu’à partir de 8 heures 30 minutes.

Le  centre de liberté  compte six bureaux  de vote. Il y a trois bureaux  de vote  à l’école  liberté primaire où quelques  2.034 électeurs vont accomplir leur devoir civique, afin de choisir leurs représentants à l’Assemblée nationale et au Conseil départemental de Brazzaville

Par contre, au centre  de liberté  CEG, sur   trois bureaux de vote prévus, seulement un seul, où les listes  de 681 ont été  affichées vers  8 heures du matin,  a commencé à  fonctionner vers 11 heures et les  deux autres attendaient  encore d’être équipés en matériel de vote.

Il a régné dans la matinée un climat délétère et de désordre  indescriptible dans ce grand centre où  certains ascenseurs et les témoins des candidats,  n’ont pas pu retrouver les bureaux de vote dans lesquels ils ont été affectés.

De même, pas d’engouement d’électeurs dont quelques-uns ont laissé entendre qu’ils attendre le « pourboire »  de la part du candidat dont ils sont censés  voter pour les stimuler. Les rares électeurs ayant fait le déplacement, n’avaient  pas encore voté jusqu’à10 heures 30 minutes par manque de  bulletins des  candidats aux législatives.

En dépit d’énormes efforts consentis par la CNEI,  ces deux élections combinées auxquelles 711 candidats figurent sur la liste de départ pour 151 sièges à pourvoir à l’Assemblée nationale, et 81.319 candidats aux locales pour 1.158 sièges dans les Conseils départementaux et municipaux,  il se pose un sérieux problème  dans  les centres de Brazzaville qui ont débuté pour la plupart les opérations de vote en retard.

Pour ces élections,  plus  de 2 millions d’électeurs sont attendus dans quelque 5.581  bureaux de vote  pour accomplir leur devoir civique. La  fin des opérations est prévue pour 18 heures.