Diables Noirs et Etoile du Congo aux abonnés absents

L’un des enseignements du championnat national de football d’élite 2017 est l’absence de Diables Noirs et de l’Étoile du Congo dans le carré des équipes qualifiées aux compétitions continentales la...

L’un des enseignements du championnat national de football d’élite 2017 est l’absence de Diables Noirs et de l’Étoile du Congo dans le carré des équipes qualifiées aux compétitions continentales la saison prochaine. Une absence qui suscite beaucoup d’interrogations au niveau du public sportif.

La saison sportive 2017 de Diables Noirs a été une véritable désillusion qui a même tourné par moments, à l’hécatombe, puisque les Diablotins, classés 13e sur 18 équipes au championnat national Ligue 1 avec 38 points, soit trois points de plus que Nico-Nicoyé l’un des deux barragistes, n’ont pu sauver leur saison que lors de la dernière journée du championnat. Et quand on ajoute la disqualification en Coupe du Congo à l’étape des quarts de finale, suite au désordre causé par les supporters diablotins au match retour contre Tongo FC, le tableau reste plus que noir pour les Noirs et or.

Sans président pendant toute la saison 2017, ce bilan de Diables Noirs qui ne participera à aucune compétition africaine, pose le problème d’organisation interne des clubs au Congo. En effet, avec des dirigeants qui apportent toutes les ressources financières, l’exemple de l’équipe qui a révélé Bahamboula Mbémba Tostao doit inciter les responsables des clubs congolais à une organisation plus efficiente avec la participation de toutes les composantes du club, les contrats de sponsoring et des partenariats qui visent des objectifs à long terme.

A l’Étoile du Congo, la saison n’a certes pas été catastrophique, puisque les Verts et or ont échoué à la cinquième place du championnat. En revanche, le fait d’être éliminé en Coupe du Congo dès l’étape des quarts de finale par FC Kondzo, est un échec pour le plus titré des clubs congolais sur le plan national.

En proie aux guerres de leadership entre ses dirigeants et les antagonismes dans les clans des supporters qui font et défont les dirigeants à leur convenance, l’Étoile du Congo paye cash ces remous et son manque d’organisation.

«Les échecs au sport permettent de corriger les erreurs du passé en vue de faire avancer les choses positivement», attend-t-on des spécialistes du sport. Ainsi les désillusions des deux clubs les plus populaires du Congo  doivent interpeller la conscience des supporters et partisans de ces équipes afin de mettre en place une organisation interne qui garantira le retour en force de ces équipes dès la saison 2018.