Donald Trump recevra Sassou N’Guesso à Washington

Le président Denis Sassou N’Guesso sera reçu le 28 décembre à Washington aux Etats-Unis par le nouveau président américain, Donald Trump. Les deux hommes échangeront sur la crise libyenne...

Le président Denis Sassou N’Guesso sera reçu le 28 décembre à Washington aux Etats-Unis par le nouveau président américain, Donald Trump. Les deux hommes échangeront sur la crise libyenne dont chef de l’Etat congolais a été désigné président du haut Comité de crise.

M. Sassou N’Guesso a quitté Brazzaville le 26 décembre. Il sera le tout premier chef d’Etat africain à être reçu par le nouveau président élu des Etats-Unis, Donald Trump, qui ne sera en fait installé dans ses fonctions de chef d’Etat que le 20 janvier 2017. Mais, le nouvel homme américain prend déjà contact avec des acteurs politiques dans différentes régions du monde.

Selon un communiqué publié par la présidence congolaise, les présidents Sassou N’Guesso et Donald Trump échangeront largement sur la crise libyenne.  Il s’agit pour les deux hommes d’Etat de rechercher « les voies et moyens de sortie de crise en Libye », indique le communiqué.


Depuis la mort du guide libyen, Mouammar El Kadhafi en octobre 2011 dans les environs de Syrte, ce pays est plongé dans une spirale d’instabilité politique et sécuritaire. De nombreux groupes armés, autofinancés par les dividendes du pétrole, se déchirent pour le contrôle des régions du pays. Les Américains qui y ont perdu un ambassadeur encouragent une sortie pacifique de crise. Ils ont tenté d’imposer un Premier ministre, Fajez el-Sarraj. Mais ce dernier est toujours rejeté par les groupes armés.

La communauté internationale qui avait pourtant mené une coalition militaire contre le régime libyen peine jusqu’à ce jour à remettre ce pays sur la normalisation. L’insécurité en Libye a favorisé la montée des mouvements islamistes et terroristes dans certaines régions d’Afrique, notamment l’Afrique de l’Ouest et du Nord où se perpètrent régulièrement des attentats.

Denis Sassou N’Guesso faisait déjà partie en 2011 d’une délégation des chefs d’Etat de l’Union africaine qui tentait de sauver la Libye de cette crise. Mais le printemps arabe qui a emporté Kadhafi ne leur avait pas laissé le temps de proposer leur solution de sortie de crise. Le président congolais connaît donc bien la situation politique et sécuritaire dans ce pays. Donald Trump qui s’est beaucoup amélioré dans son appréciation de la situation sur le continent noir veut, à la suite de Barack Obama, son prédécesseur, éteindre le braisier libyen.