Elections violentes mais crédibles, selon les observateurs nationaux

La coordination d’observation nationale des élections, sous la conduite de Marius Mouambenga, a déclaré le 3 août à Brazzaville que les élections législatives étaient truffées  des cas de fraudes, de...
Enfants d’anciens dignitaires candidats

La coordination d’observation nationale des élections, sous la conduite de Marius Mouambenga, a déclaré le 3 août à Brazzaville que les élections législatives étaient truffées  des cas de fraudes, de contestation des résultats et des cas de violences, notamment. Mais les observateurs nationaux ont a conclu dans leur rapport que le scrutin avait été transparent et crédible.  

« Le scrutin du 30 juillet 2017 s’est globalement bien déroulé dans un climat de paix et de sérénité, voire dans la bonne humeur, dans les circonscriptions électorales concernées, malgré quelques incidents constatés à Poto-Poto, Ouenze, Zanaga, Mbon et Youlou Panga dans le district de Kimongo », a indiqué la coordination des observateurs nationaux.

Pourtant, cette coordination n’a pas manqué de signaler le comportement « peu exemplaire » des éléments de la force publique non concernés par le service de sécurisation des bureaux de vote. « Ce fut le cas, lorsque des convois des militaires ont essayé de voter là où ils n’étaient ni inscrits, ni attendus. Chaque fois, les membres des bureaux de vote et les autres électeurs se sont opposés pour préserver la crédibilité de leur vote. Dans ces cas-là, les militaires ont usé de violence, blessant quelques citoyens », a fait constater la coordination dans son rapport d’observation des élections.

Les observateurs nationaux ont suggéré au gouvernement, à la Commission nationale électorale indépendante  (CNEI), aux acteurs politiques, à la société civile et à l’administration électorale, le renforcement des capacités des membres des bureaux de vote, la formation continue des acteurs électoraux et des délégués des candidats avant chaque scrutin. Elle a proposé que soit rapproché les bureaux de vote des électeurs.

Ils ont aussi demandé la réglementation du vote des éléments de la force publique de façon à leur permettre de voter la veille de l’élection, la sécurisation des urnes avec des cadenas ou tirettes appropriés, la remise systématique des procès-verbaux ou formulaire des résultats aux représentants de chaque candidat, après dépouillement.

Les délégations de la coordination des observateurs nationaux ont été reçues dans les départements de la Likouala, de la Sangha, des Plateaux, du Pool, de la Bouenza, de la Lékoumou, du Niari, du Kouilou, de Pointe-Noire et de Brazzaville. Au total 92 observateurs nationaux ont été déployés dans les 47 circonscriptions électorales.