Les enquêteurs commerciaux rappelés à l’ordre à Brazzaville

Le directeur général de la concurrence  et de la répression des fraudes commerciales, Philippe Nsondé Mondzié, a clarifié, le  6 octobre à Brazzaville, au cours d’un échange avec les...

Le directeur général de la concurrence  et de la répression des fraudes commerciales, Philippe Nsondé Mondzié, a clarifié, le  6 octobre à Brazzaville, au cours d’un échange avec les agents du commerce, les missions dévolues à chaque service de ce ministère, dans l’exécution de différentes  tâches liées à leurs prérogatives.

Il s’est appuyé sur  la note circulaire  du ministre d’Etat,  ministre du Commerce, d’approvisionnement et de la consommation, numéro 001 MCA-CAB, relative à la répartition des missions  de contrôles et d’enquêtes commerciales pour repréciser le rôle de chacun.  Pour le  bon fonctionnement  des tâches dévolues à chaque agent du ministère, il a tenu à repréciser les procédures  de contrôles et d’enquêtes commerciales.

A ce sujet, Philippe Nsondé Mondzié a informé les cadres et agents du ministère du Commerce que désormais, les missions de contrôle et d’enquêtes commerciales auprès des commerçants devaient être menées inopinées dans le strict respect des procédures prévues par la note et selon l’ordre chronologique.

A propos des procédures commerciales et de recouvrement des amendes, le directeur général du Commerce a évoqué l’innovation introduite par le ministre Claude Alphonse Nsilou, celle de l’agent vérificateur. Ce dernier aura la mission d’examiner et d’authentifier la conformité du procès-verbal avec la réalité sur le terrain.

Les nouvelles dispositions du ministre définissent nettement les missions d’un agent verbalisateur, d’agent vérificateur, ainsi que  de l’agent de recouvrement, afin de contribuer à la compétitivité, à la protection des consommateurs. Au finish, contribuer à l’amélioration du climat des affaires  dans le respect de la légalité, a affirmé Philippe, Nsondé Mondzié.

Des échanges fructueux ont eu lieu entre le  directeur Philippe  Nsondé Mondzie et les agents au sujet des inquiétudes  autour de la réduction du nombre d’agents de terrain passé de  4 à 3. A cette occasion, il s’est évertué  à expliciter  le contenu  de la note circulaire  aux cadres et agents, avant de souligner que  c’est pour rendre plus efficace  le contrôle que le ministre du commerce a jugé utile  de  procéder ainsi.

De son côté, l’enquêteur commercial Léon Oba a  fait savoir que cette note vient  assainir les missions   des agents de terrain, d’autant plus qu’il  y règne une véritable  cacophonie dans l’exécution   des tâches imparties aux services de contrôle et d’enquêtes, ajoutant que la « note circulation ne me fait ni chaud, ni froid car nous n’avons pas le droit de prendre de l’argent auprès des opérateurs ».