Les étudiants boursiers bientôt fixés sur leur sort

Le président de la sous- commission chargée d’examiner les conditions d’attribution de bourse de l’enseignement supérieur, Maker Batchi a révélé, le 9 août à Brazzaville, lors de la restitution des travaux de la commission...

Le président de la sous- commission chargée d’examiner les conditions d’attribution de bourse de l’enseignement supérieur, Maker Batchi a révélé, le 9 août à Brazzaville, lors de la restitution des travaux de la commission d’attribution des bourses, que sur 11.974 dossiers  examinés, 6360 dossiers de l’Université Marien Ngouabi ont été jugés favorables contre 1260 dossiers étudiés. La liste des étudiants  boursiers sera publiée sous peu après l’approbation du rapport de la commission par le ministre de l’enseignement supérieur.

Marker Bacthi a souligné que pour l’INTS, la commission a refoulé quatre dossiers et a accepté 57. En ce qui concerne  les  dossiers de l’étranger, sur 2792 dossiers, à peine 1060 dossiers ont été jugés favorables. Quant aux dossiers de l’EPS 643 ont été validés par la commission contre 18 dossiers écartés.

Les participants à cette commission de bourse ont pris, à cette occasion, plusieurs mesures  pour le fonctionnement efficient de l’enseignement et de l’octroi des bourses. Il s’agit entre autres,  de la prise en compte des candidats en formation dans les pays non francophone où la licence se fait en quatre ans ; L’Etat congolais ne devrait plus octroyer des bourses  aux étudiants inscrits dans les filières de formation existants au Congo.

Parmi les  décisions, figurent également le  renforcement des capacités des services de la scolarité des établissements de l’université  Marien Ngouabi et celui du plan de communication entre les partenaires avec le concours de l’Association des parents d’élèves et étudiants du Congo (APEEC) et des associations des étudiants. Les services pédagogiques  doivent renforcer le contrôle des pièces des dossiers des étudiants candidats à la bourse. Ils doivent également s’approprier les sites du ministère de l’enseignement supérieur  en vue de l’authentification du bac, prendre des mesures coercitives  en vue d’endiguer les faux et usage de faux dans les dossiers présentés par les étudiants  et notamment ceux de l’université Marien Ngouabi.