Les gendarmes arrêtent trois présumés trafiquants d’ivoire à Sibiti

La gendarmerie nationale et les éléments de la brigade de l’économie forestière ont récemment interpellé à Sibiti, dans la Lékoumou, trois personnes en flagrant délit de détention, de circulation et...

La gendarmerie nationale et les éléments de la brigade de l’économie forestière ont récemment interpellé à Sibiti, dans la Lékoumou, trois personnes en flagrant délit de détention, de circulation et de tentative de commercialisation illégale de deux pointes d’ivoire. Cette arrestation a été effectuée grâce aux informations fournies par le Projet d’appui à l’application de la loi sur la faune sauvage (PALF).

Il s’agit de Luc Moussa, de Jean Bernard Madzou et de Amour Nguebe Moungala, tous de nationalité congolaise et dont les âges varient entre 31 et 50 ans. Le premier, acteur principal dans cette affaire, serait poursuivi pour abattage d’une espèce intégralement protégée, détention et circulation des trophées d’une espèce intégralement protégée. Les ivoires saisis ont été dissimulés dans un sac dans lequel on a pu retrouver la viande de brousse fumée. Ivoires provenant de la forêt en frontiere avec le Gabon.

Chasseur d’éléphants et bien d’autres espèces animales sauvages dans le département de la Lékoumou, Luc Moussa, après avoir massacré les éléphants, utiliserait pour le transport des ivoires, les sacs de viande de brousse  pour tromper la vigilance des agents des services de contrôle le long de la route Komono-Sibiti. Il pourra être aussi poursuivi pour chasse en période de fermeture.


Les bêtes saisies ont été brulées ce, dans le but de donner un signal fort en cette période de fermeture de chasse. Les deux autres prévenus sont poursuivis pour complicité de détention et de circulation des trophées d’une espèce intégralement protégée. Ces trois prévenus ont tous reconnu les faits leur étant reprochés. Ils utiliseraient les véhicules de la société SOCOFOR pour évacuer les ivoires de la forêt jusqu’à la principale route. Ils risquent des peines allant jusqu’à cinq ans d’emprisonnement ferme.

Cette opération d’interpellation des présumés trafiquants d’ivoire à Sibiti est la troisième du genre que réalise les Agents des Eaux-et-Forêts et de la gendarmerie nationale, appuyé par le projet PALF au cours de ce mois de novembre. Les précédentes remontent le 11 et le 18 novembre 2017 à Makoua dans le département de la Cuvette, ayant conduit respectivement à l’arrestation d’un et de deux présumés trafiquants d’ivoire.

En République du Congo,  l’éléphant fait partie des espèces animales intégralement protégées, conformément à l’Arrêté n°6075/MDDEFE / CAB du 9 avril 2011 déterminant les espèces animales intégralement et partiellement protégées. En outre, l’article 27  de la loi 37/2008, du 28 novembre 2008 sur la faune et les aires protégées stipule :  «  l’importation ; l’exportation ; la détention et le transit sur le territoire national des espèces intégralement protégées ; ainsi que de leurs trophées  sont strictement interdits ; sauf dérogation spéciale de l’administration  des eaux et forêts ; pour les besoins de la recherche scientifique ».