La gestion des infrastructures sportives

La pratique  du sport sans installations sportives adéquates est souvent très difficile  pour tout sportif du monde entier. Suite à un programme lancé par le gouvernement dénommé « municipalisation accélérée »...

La pratique  du sport sans installations sportives adéquates est souvent très difficile  pour tout sportif du monde entier. Suite à un programme lancé par le gouvernement dénommé « municipalisation accélérée » , le Congo est devenu  aujourd’hui en Afrique centrale  le pays le mieux lotis en infrastructures sportives conformes aux normes internationales. Mais la question que se pose le commun des mortels, c’est de savoir à qui revient la charge de la gestion de ces installations construites dans la quasi-totalité des départements du Congo. 

Force est de croire que  les sportifs congolais, et une partie de la  population ne seraient pas informés de la mise à disposition de ces installations, au profit de tous, par la direction générale des sports ; Ce, pour favoriser le développement du sport au Congo.

Malgré cette politique, l’exécution de toutes ces mesures pose toujours problème. Une lueur d’espoir est permise du côté de la direction générale des sports, qui, dans sa nouvelle politique est en train d’octroyer des bureaux aux différentes fédérations nationales dans ces installations.

Il revient donc aux décideurs politiques d’accorder un budget conséquent consacré à la mise en œuvre d’une politique de management et de développement du sport au Congo. Il s’agira en effet de  permettre au pays d’avoir des grands athlètes, et gagner un retour à l’investissement. Il sera aussi question de donner la gestion des infrastructures à des sociétés privées pour mieux les rentabiliser, avec l’organisation des grands évènements. Ce qui n’est pas encore le cas au Congo.

Le ministère des sports et les fédérations congolaises devraient donc  travailler en collaboration étroite dans l’organisation des compétitions et d’autres grands évènements pour permettre la mise en valeur de ces structures dont le gouvernement a consenti des grands investissements.