Gisèle Ambiero débarquée de la tête du CHU

La directrice générale du centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU), Gisèle Marie Gabrielle Ambiero a été suspendue le 11 juillet de ses fonctions par la ministre de la...
Gisèle Ambiero - DG CHU

La directrice générale du centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU), Gisèle Marie Gabrielle Ambiero a été suspendue le 11 juillet de ses fonctions par la ministre de la santé et de la population, Jacqueline Lydia Mikolo. Cette décision fait partie de l’une des pistes de solution arrêtées entre la rencontre du ministre de la santé et l’intersyndical du CHU. 

Parmi les décisions arrêtées de la rencontre entre le ministre de la santé et de la population et les responsables de l’intersyndical du centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU), il y a le changement à la direction générale du CHUB (suspension de la directrice générale et nomination d’un directeur général par intérim) ; l’appui financier pour la résolution des salaires et de la dette, la mise en place d’un plan d’action pour l’exécution des recommandations des audits institutionnel, organisationnel et financier, ainsi que l’implication de l’ensemble du personnel dans la résolution de la crise sociale au CHU et dans l’amélioration des conditions de travail.


Toutefois, les syndicalistes du CHU ont insisté sur la poursuite du préavis de grève. Pour le représentant du syndicat national des médecins (SYNAMEC) dans l’intersyndicale du CHU, Dr Ngatsé Oko, la levée du préavis de grève est conditionnée par la publication du calendrier de paiement des salaires. Pour l’intersyndical, la publication de ce calendrier constituera la preuve de la matérialisation des instructions du chef de l’Etat. « Nous sommes au moins rassurés que nous allons vers le règlement de notre situation, puisque le Président de la République ne peut pas donner des vaines garanties. Nous pensons que la solution sera trouvée avant d’arriver à la fin du préavis », a-t-il dit.

Lors de leurs échanges l’intersyndical a insisté sur le règlement de la dette sociale, notamment celle des retraités et des allocations familiales. Il a aussi plaidé pour une amélioration de la communication entre eux avec la hiérarchie.

Suite au préavis de grève et à la déclaration faite par l’intersyndical du CHU le 10 juillet à Brazzaville, la ministre de la santé et de la population a initié cette rencontre avec les responsables syndicaux. Jacqueline Lydia Mikolo leur a fait savoir que le président de la République a donné des instructions destinées à apporter des solutions aux différents problèmes évoqués par leur centrale.

Les travailleurs du CHU avaient prévu entrer en grève le 13 juillet si leurs doléances n’étaient pas prises en compte.