L’Eglise évangélique du Congo pour un nouvel engagement

 Le président de l’Eglise évangélique du Congo (EEC), Edouard Moukala a affirmé le 1er novembre à Brazzaville, à l’ouverture du colloque international sur la mission d’évangélisation, qu’il était temps,...

 Le président de l’Eglise évangélique du Congo (EEC), Edouard Moukala a affirmé le 1er novembre à Brazzaville, à l’ouverture du colloque international sur la mission d’évangélisation, qu’il était temps, après 56 ans d’autonomie, de chercher à redéfinir l’engagement missionnaire de cette église au Congo et à l’étranger. Ce colloque est donc le moment propice pour passer au peigne fin les opportunités qui permettront d’atteindre ce nouvel engagement.

Edouard Moukala a souligné que l’église évangélique envisage bâtir de nouvelles stratégies pour la mission de l’évangélisation en faisant acquérir aux ecclésiastiques et laïques des connaissances sur le contexte et l’environnement dans lequel elle est appelée à s’engager. «Nous sommes interpelé pour trouver des réponses s’assurer et se rassurer de l’ordre évangélique. Il s’agit de faire découvrir les défis et les enjeux de la mission d’évangélisation. Les participants ont pour objectif de mener une réflexion afin d’aider à bâtir les stratégies le plus promotrices pour réussir la mission d’évangélisation», a-t-il dit.

Dans son introduction au thème général, le Dr François Mabounda a précisé que les enjeux de la mission évangélique sont déterminants. «Pas de mission évangélique sans mouvement et réveil spirituel», a-t-il expliqué.


Pour lui, les évangiles de Mathieu 10, 7 ; Marc 16, 15-16, sont des écritures qui renvoient à un mouvement impératif d’aller dire et faire des disciples en les baptisant. Tandis que l’écriture de Actes 1, 8, commence par un mouvement de réveil, car les apôtres devraient d’abord recevoir une puissance, le saint esprit, avant qu’ils n’aillent faire la mission. « C’est un mouvement intérieur vers l’extérieur », a-t-il revelé.

Lors de ce colloque sera aussi évoquée la question de promouvoir l’œuvre missionnaire en collaboration avec les autres congrégations religieuses. En effet, il y a des communautés qui pensent qu’ils n’y a qu’elles qui peuvent évangéliser au Congo. Or, selon François Mabounda, personne n’a le droit d’empêcher à d’autres d’obéir à l’ordre de Jésus Christ (Allez, faites des nations des disciples). « Eux aussi obéissent à cet ordre de Jésus Christ. Si elles ne sont pas contre nous, nous devront les accepter comme amis. Il nous faut donc regarder comment peut-on travailler ensemble à l’œuvre de l’évangélisation. Jésus n’a-t-il pas dit, la moisson est grande mais il y a peu d’ouvrier ?», a-t-il conclu.

Ce colloque qui sera clôturé le 5 novembre, se tient sous le thème « Enjeux et pertinence de l’ordre missionnaire de Jésus Christ ». Les cultes, conférences, débats, ateliers et échange d’expériences sur diverses thématiques seront animés par des scientifiques venus du Congo et de l’étranger.