L’Eglise évangélique du Congo opte pour pérenniser le colloque international

Le président de l’Eglise évangélique du Congo (EEC), Edouard Moukala a affirmé, le 5 novembre à Brazzaville, à la clôture du colloque international sur la mission d’évangélisation, que les...

Le président de l’Eglise évangélique du Congo (EEC), Edouard Moukala a affirmé, le 5 novembre à Brazzaville, à la clôture du colloque international sur la mission d’évangélisation, que les participants avaient pris, à l’unanimité, l’option de tenir régulièrement le colloque international sur la mission évangélique. Cette rencontre a permis de prendre conscience sur les maux qui minent l’EEC.

Les participants au colloque ont décidé de mettre en place un secrétariat permanent chargé de suivre les conclusions du colloque et d’organiser le prochain colloque. Pour eux, le colloque est une approche nouvelle et utile dans la résolution des problèmes qui minent le fonctionnement de l’église. « Le colloque est une approche scientifique basée sur des faits », a dit le président du comité scientifique, le Dr José Dianzugu dia Biniakunu, de la République démocratique du Congo (RDC).

Edouard Moukala a souligné que ce qui est important est le fait que les actes du colloque international soient mis en pratique. « Ce qui est important, c’est la suite réservée aux résultats de ce colloque. Par ce colloque, l’église a voulu élargir sa mission pour établir une base sure sur la mission d’évangélisation et prendre un envole pour un nouvel engagement », a-t-il précisé.


Le colloque international sur la mission évangélique a aussi posé la problématique des migrants africains. Ceux-ci ont tendance à implanter des églises autonomes dans les pays d’accueil. « Lors de ces assises nous avons fait une incursion sur les conditions et les exigences pour implanter une église en terre étrangère », a expliqué, un pasteur qui a pris part aux travaux.

Des résultats de ce colloque, il en ressort que les participants ont demandé que l’église évangélique du Congo devrait recadrer les initiatives des groupes et des communautés de la diaspora et donner le tempo général du fonctionnement de ces communautés à l’étranger.

Pour de nombreux pasteur, le colloque n’a pas été une proposition de solution, mais, une rencontre qui a descellé les maux. « Les responsables de l’église sauront en apporter la solution », a indiqué Germain Ntoundou, pasteur de l’église du centre de la Belgique.