Pierre Ngolo exhorte les sénateurs à plus de rigueur

Le président du Sénat, Pierre Ngolo, a déclaré le 23 décembre que les sénateurs devaient être les gendarmes des populations auprès des institutions nationales. Il a par ailleurs souligné...
Pierre Ngolo, président du Sénat

Le président du Sénat, Pierre Ngolo, a déclaré le 23 décembre que les sénateurs devaient être les gendarmes des populations auprès des institutions nationales. Il a par ailleurs souligné que l’absence du budget 2018 allait inciter à la prise de conscience de tous. 

«Le pays faisant face à une crise économique et financière, le gouvernement de la République a pris la résolution de s’entourer des conseils des bailleurs de fonds, notamment le Fonds monétaire international (FMI), avant d’arrêter le budget de l’Etat exercice 2018 qui sera présenté prochainement au parlement. Nous savons que la baisse des prix du pétrole est la principale cause de cette crise, en revanche, le gouvernement doit tenir compte de l’insuffisance de gouvernance», a dit Pierre Ngolo.


Cette situation qui a mis en suspens le budget de l’Etat 2018 doit, selon le président du Sénat, inciter les sénateurs à plus de sérieux.

« Dans les prochains jours, nous traiterons le budget avec rigueur, sérieux et responsabilité. Il est question pour nous d’accompagner efficacement le gouvernement en faisant de notre institution un instrument de bonne gouvernance, de transparence dans la gestion de la chose publique et de promotion de la démocratie au Congo », a-t-il exhorté.

Ces bonnes intentions devraient être plus efficaces si les sénateurs, en plus des interpellations du gouvernement, peuvent aller plus loin avec des enquêtes parlementaires, même quand elles visent un membre du gouvernement ou un autre sénateur.