Plus de 28.000 candidats affrontent les épreuves écrites du concours professionnel

Le ministre de l’enseignement technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi, Nicéphore Antoine Thomas Saint-Eudes Fylla a affirmé le 13 juillet à Brazzaville lors du lancement...

Le ministre de l’enseignement technique et professionnel, de la formation qualifiante et de l’emploi, Nicéphore Antoine Thomas Saint-Eudes Fylla a affirmé le 13 juillet à Brazzaville lors du lancement des épreuves écrites  des concours professionnels d’entrée à l’Ecole  normale des instituteurs ( ENI) et  de l’Ecole nationale  moyenne d’administration (ENMA)  que les congolais veulent à tout prix avoir une qualification à la sortie de leur formation.

Nicéphore Antoine Thomas Fylla Saint-Eudes s’est réjoui de la participation des candidats aux concours professionnels de cette année. «Ce sont des personnes de tous niveaux et qui se rendent compte que les diplômes à caractère général dont ils sont détenteurs ne leur donne aucune qualification, d’où leur participation massive à ces concours. », a-t-il dit.

 

Reparti dans 40 centres sur toute l’étendue du territoire national, les candidats sont passés de 10.000 en 2016 à 28.000 en 2017.


Pendant deux jours, les différents candidats traiteront des sujets proposés sur les arts plastiques, les sciences naturelles, les mathématiques et les dessins d’observation.

Van Bidimbou, candidats dans la filière paramédicale pour l’entrée à l’école para médicale et médico-social et Angela Nganga, candidate dans la filière douane pour l’entrée à l’école nationale moyenne d’administration (ENMA) ont pensé que les épreuves ont été abordables. Ils se sont dit assurés de leur admission au concours.

L’objectif de ces concours est de décrocher l’entrée dans les écoles d’enseignement professionnel comme l’Ecole normale des instituteurs (ENI), l’école para médicale et médico-social (EPMMS), l’école nationale des eaux et forêts (ENEF), l’école nationale des beaux-arts (ENBA) et l’école nationale moyenne d’administration (ENMA).

Le ministre en charge  de l’enseignement  professionnel, a souligné que pour cette année, un nouveau centre a été pris en compte, celui de Mossendjo. Il a même affirmé qu’il devait s’y rendre le jour même pour constater le déroulement de l’examen dans ce centre.

Parlant des candidats qui n’ont pas vu leurs noms sur les listes, il a précisé que des dispositions seront prises pour eux s’ils sont régulièrement inscrits. «Le directeur des concours et examens saura ce qu’il faut faire, puisqu’il y a des dispositions prévues pour ces genres de cas», a-t-il rassuré.

Nicéphore Antoine Thomas Saint-Eudes Fylla a soutenu que ce concours s’est tenu aussi à Kinkala, chef – lieu  du  département du Pool.