Quatre morts et 48 blessés dans accident de bus à Mayama

Un accident de bus de la société chinoise SF international en partance de Brazzaville pour Pointe-Noire a causé, le 12 décembre, lors de sa traversée de la contrée de...

Un accident de bus de la société chinoise SF international en partance de Brazzaville pour Pointe-Noire a causé, le 12 décembre, lors de sa traversée de la contrée de Mayama, département du Pool, la mort de quatre passagers et fait 48 blessés graves. 

Les blessés graves ont été conduits tous à l’hôpital de base de Talangaï où le personnel médical s’est attelé avec abnégation dans leur prise en charge. Sur un total de 48 blessés reçus dans ce centre hospitalier présentant les différentes pathologies, 29 ont été libérés, ce, après qu’ils aient été examinés minutieusement  par le corps médical.

Par contre sept malades dont l’état de santé a été jugé critique, ont été conduits en urgence au Centre hospitalier et universitaire de Brazzaville (CHU). Il ne reste que 12  blessés qui sont gardés en observation par le personnel  de l’hôpital de Talangaï, pour un suivi médical au service de soins d’urgence.


Le directeur général de l’hôpital de base de Talangaï, le Dr. Raphaël Issoïbeka, a indiqué que pour un premier temps, il a mobilisé tous les services de cette structure hospitalière qui se sont investis dans la prise en charge des blessés. Ces derniers, a- t-il précise n’ont déboursé aucun francs, car supportés entièrement  par ce centre.

Victime de cet accident, Ginette Okoumou, a expliqué que le bus avait démarré à 7 h, jusqu’à ce que le chauffeur ait perdu le contrôle au niveau de Mayama, en percutant les garde-fous, à tel enseigne que le véhicule s’est complètement renversé en tournant dans le vide pendant quelques minutes.

Rencontrée au siège de la société SF international, Estelle Onguelet, l’une des blessés de cet accident a fait savoir qu’elle attendait le responsable de ladite société, pour un éventuel remboursement des frais d’ordonnance.

L’un des parents des blessés qui a requis l’anonymat a affirmé que c’est pour la première fois, qu’elle assiste à la mobilisation sans faille du personnel médical qui s’était employé ardemment dans la prise en charge des blessés.