Un suivi rigoureux pour le nouveau projet du PDARP

Le coordonnateur du Projet de développement agricole et de réhabilitation des pistes agricoles (PDARP), Isidore Ondoki a annoncé le 5 juillet à Brazzaville que le nouveau projet « Agriculture commerciale »...

Le coordonnateur du Projet de développement agricole et de réhabilitation des pistes agricoles (PDARP), Isidore Ondoki a annoncé le 5 juillet à Brazzaville que le nouveau projet « Agriculture commerciale » mettra un accent particulier sur le suivi rigoureux dans l’exécution des projets.

Dans son intervention au cours de l’atelier de « Dissémination du rapport d’achèvement du projet de développement  agricole et de réhabilitation des pistes rurales »,  dont l’objectif  visait de consolider les acquis du PDARP en vue de l’amélioration du nouveau projet « Agriculture commerciale », le chargé dudit projet a indiqué que le PDARP qui a clôturé sa deuxième phase le 30 avril dernier, a été confronté dans son exécution aux entreprises adjudicataires  qui n’ont pas respecté les délais de livraison des ouvrages.

Ainsi, la mise en œuvre du projet « Agriculture commerciale » dont les documents de finalisation de l’accord de financement  est en cours d’examen par les instances de la Banque mondiale d’ici la fin de l’année, prendra en compte les difficultés dans l’exécution du projet dans toutes ses composantes.

A cette rencontre, il a été révélé que les producteurs agricoles et piscicoles ont été handicapés par dans leurs activités à l’approvisionnement d’intrants qui a constitué un frein dans la production efficiente de leurs produits. Selon Isidore Ondoki, ce projet a entre autres axé ses actions sur l’accroissement agricole dans ses aspects pluriels, la production agricole et halieutique

En dépit de quelques écueils constatés dans l’exécution de ce projet, le coordonnateur du PDARP a affirmé que celui-ci a été géré selon les règles de l’art. Le projet a soutenu le travail de 356.000 habitants dans 229 villages désenclavés, y compris les 12.047 producteurs des 951 microprojets. En outre, 1.319 pistes agricoles ont été réhabilitées sous le PDARP.


Le Chef de projet  à la Banque mondiale, Amadou Oumar a notifié que l’élaboration du nouveau projet prendra en compte  les défaillances du PDARP, entre autres, les aspects liés à la dispersion  des activités qui n’avaient pas de cohérence entre elles. Aussi, les aspects inhérents au financement  des microprojets notamment,  la façon dans les fonds  à coût partagé, l’amélioration  de la réhabilitation des pistes de desserte agricole en tenant compte des capacités des entreprises, également de l’entretien  qui doit suivre la réhabilitation de ces pistes.

Les pistes agricoles ont contribué à l’évacuation des produits agricoles parmi lesquels Ingolo-Inga-Massa, dans le département des Plateaux. Ce qui va influer sur l’accroissement des rendements de productions des agriculteurs.

Le directeur de cabinet du ministre en charge de l’Agriculture, Michel Elenga a dans son mot de circonstance rappelé que  le PDARP avait contribué à accroître la capacité des populations pauvres des zones rurales, à augmenter leurs revenus grâce à l’amélioration  des techniques agricoles et des infrastructures de marchés ainsi que la mise en œuvre des politiques agricoles et des programmes de dépenses axés sur la lutte contre la pauvreté.

La coordinatrice  de la Coopérative Etoile production,  Milina Stella Eyeletielet a fait savoir que ce groupement a bénéficié d’un financement de plus de six millions de francs CFA du PDARP. Cette allocation a permis l’acquisition de 14 hectares des terres pour réaliser une diversité de cultures.