Retour de l’internet

Les travaux de réparation du câble sous-marin à fibre optique ont pris fin le 25 juin à Pointe-Noire où séjourne le ministre des Postes et télécommunications Léon Juste Ibombo....

Les travaux de réparation du câble sous-marin à fibre optique ont pris fin le 25 juin à Pointe-Noire où séjourne le ministre des Postes et télécommunications Léon Juste Ibombo. La réparation a duré quatre jours et l’internet est à nouveau disponible sur le réseau congolais.

Plusieurs internautes et des sociétés usant de l’internet se sont à nouveau connectés grâce au succès de l’opération de réparation réalisée au large de Pointe-Noire où le câble sous-marin WACS a été sectionné. Il fallu attendre deux semaines pour que le bateau câblier affrété par la société ALCATEL et s’occupant de ces travaux arrive sur les côtes congolaises et commence la réparation. Le ministre Ibombo a lui-même fait l’annonce de la fin des travaux et du retour de l’internet sur les réseaux usuels.

C’est depuis le 10 juin que les usagers ont perdu le signal internet au Congo. Il s’agit notamment de ceux qui bénéficient des services de la fibre optique que fournit le consortium WACS. Cette fibre optique est essentiellement gérée par le réseau local Congo Télécom qui est chargé de la distribuer sous forme d’internet dans les foyers et les entreprises. C’est pourquoi tous les usagers connectés sur ce réseau n’ont plus eu de signal depuis deux semaines.


Les sociétés de téléphonie mobile qui fournissent l’internet à leurs clients avaient renoué avec la connexion sur satellite. Ce qui a permis de naviguer sur des téléphones portables et à partir des rooters. Chez MTN Congo, par exemple, les services comme 4G, 3G, 2G, WiMAX et les liaisons spécialisées ont pu correctement fonctionner. Certaines fournir d’accès internet comme la société Ofis n’ont pas été touchées par cette grande panne d’internet.

D’après les autorités, un bateau de pêche appartenant à une société non identifiée, serait à l’origine de cet incident. Il aurait sectionné le câble à environ 10 Km au large de Pointe-Noire. Pour faire face à ces sérieuses perturbations constatées sur la fourniture de l’internet, le gouvernement a dû tendre la main aux autorités de Kinshasa où se trouve une station terminale à Moanda, dans le Sud-ouest de RDC. Mais apparemment, la connexion avec le réseau de la SCPT de RDC n’a pas été efficace, notamment à cause d’un nombre important des usagers.